Comment faire un sprint planning ?

Si vous connaissez SCRUM et que vous pratiquez un peu, vous vous demandez peut-être comment améliorer votre sprint planning. Pour rappel, le sprint planning est le premier événement qui débute une itération en SCRUM. Il vise à réaliser le planning des itérations du projet. Un véritable exercice de discussions, d’écoute et de prises de décisions collectives.

Les ratés du sprint planning

Dans mes interventions auprès d’équipes SCRUM, j’ai pu observer que plusieurs facteurs sont à l’origine d’un sprint planning « raté » et du désarroi des équipes. En voici quelques exemples.

  • Utiliser le planning poker pendant le sprint planning. Aïe on n’est pas là pour faire le chiffrage du projet ou pour estimer mais pour planifier ce que l’équipe va faire. Si ce travail d’estimation n’a pas été fait à ce stade, je recommande de reporter le sprint planning à plus tard. Vous verrez alors qu’il commencera dans de meilleures conditions.
  • Transformer le sprint planning en atelier de spécifications. Le sprint planning n’est pas la phase de définition des besoins. Si c’est le cas, c’est le signe que votre product owner a besoin d’aide 🙂
  • Découper les tâches de manière extrêmement précises. Avoir des tâches identifiées dans son tableau SCRUM à la fin du sprint planning, oui mais sans aller trop dans les détails. L’exercice devient périlleux lorsque vous reportez ces tâches à la fois dans un tableau visuel analogique et dans un tableau numérique de type Jira ou autre.
  • Faire durer un sprint planning. Rien de pire qu’un sprint planning qui dure. Une durée de 8h pour une itération d’un mois est préconisée (voir le guide SCRUM). On peut donc imaginer que pour une itération de 2 semaines, le sprint planning dure maximum 4h.


Vous l’aurez compris, l’objectif du sprint planning est de savoir comment vous allez vous y prendre pour réaliser le travail. C’est le moment de partager votre expertise, de poser ou approfondir des éléments d’architecture et de conception. Un véritable exercice de synthèse qui demande une certaine rigueur et de l’implication.

On fait comment alors ?

  • Le pré-requis : avoir l’incrément produit de la dernière itération et le backlog prêt avec la définition de terminé.
  • Se fixer une durée : une demi-journée pour une itération de 15 jours ou 8 heures pour une itération d’un mois.
  • Passer en revue ensemble (équipe SCRUM + product owner) les éléments du backlog que vous pensez être capables de réaliser.
  • Valider ensemble l’objectif de l’itération.
  • Déterminer ensemble comment vous allez réaliser techniquement l’objectif. Identifier les tâches à réaliser pour les premiers jours de l’itération.
  • Le livrable d’un sprint planning c’est un objectif d’itération qui est confirmé et surtout une équipe qui sait qui va faire quoi, quand et comment.

Quelle est votre expérience des sprint planning ? Avez-vous des astuces pour que votre sprint planning se déroule sans encombre ?

Comment (1)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

quatre × quatre =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Commencez à taper et appuyez sur Entrée quand vous avez terminé

Votre panier

Votre panier est vide.