Chez SuperTilt, nous avons lancé une première formation en ligne sur la facilitation graphique en mai 2018. Ce projet a demandé énormément de préparation et un investissement en temps important puisque nous avons tout fait en interne, notamment la production (tournage, montage vidéos par exemple). En 2019, nous avons transmis nos compétences à Johan Martinsson pour proposer une formation sur le thème de la gestion de la qualité du code.

Nous avons ainsi capitalisé et documenté notre projet de digitalisation dans un souci d’amélioration continue mais aussi pour partager notre expérience avec d’autres acteurs qui, comme nous, souhaitent se lancer. C’est pourquoi vous trouverez désormais des articles sur cette thématique sur le blog.

Checklist “Digitaliser ses formations”

Digitaliser son offre de formation

Pour ce premier billet, nous vous proposons une checklist (pdf) des étapes à avoir en tête lorsqu’on entreprend ce type de projet. Cette liste, non exhaustive, est organisée en 4 parties : de la phase d’étude préalable, en passant par l’ingénierie pédagogique, la phase technique et le déploiement, sans oublier la stratégie digitale pour rendre visibles les formations destinées à l’externe.

En complément de la check-list, retrouvez, dans la suite de cet article, des informations sur le contexte de la digitalisation et des conseils sur la méthode à adopter.

Lorsqu’on parle de digitaliser ses formations, les réactions des acteurs concernés vont de l’enthousiasme, au scepticisme et parfois jusqu’au rejet. Il y a quelques jours lors d’un premier rendez-vous, un client nous affirme sans détour “Le elearning, ça ne marche pas !” ou encore : “Mais concrètement personne ne m’a prouvé que cela fonctionne !”. Les questions et les réticences sont légitimes puisque nous sommes dans une phase d’expérimentation d’outils et le chemin semble encore long pour connaître réellement les effets du numérique sur les apprentissages.

Pourquoi se lancer dans la formation en ligne ?

La loi sur la formation professionnelle de septembre 2018 pousse les organismes de formation à développer des services en ligne et à adapter leur offre pour répondre à la demande (voir le dossier d’Opcalia à ce sujet). Les organismes de formation font face à des enjeux qu’ils soient d’ordre pédagogiques, économiques ou de marchés. Il y a notamment un intérêt à adapter son offre pour répondre à des commandes publiques. Les organismes de formation ont bien pris conscience de la nécessité d’évoluer. Selon l’Observatoire du Digital Learning, 78 % des organismes prévoient un développement du numérique dans leur offre (voir leur enquête publiée en septembre 2019).

Quelles sont les promesses de la digitalisation ?

Parmi les avantages les plus souvent cités* à l’utilisation du numérique en formation, on retrouve le fait de :

  • Permettre une individualisation du parcours : en proposant par exemple des séquences de mise à niveau, ou en permettant de “picorer” et de choisir ses modules afin de se constituer un parcours personnalisé
  • Diffuser à un plus grand nombre et s’affranchir des contraintes de temps et d’espace. Rendre accessible aux personnes en situation de handicap
  • Renouveler ses pratiques pédagogiques (avec notamment des outils pour scénariser, rendre le parcours ludique, récompenser via des badges numériques)
  • Enrichir l’expérience utilisateur avec de nouvelles activités : tutorat en ligne, renforcer l’encadrement et stimuler l’engagement des apprenants
  • Permettre à l’utilisateur d’être acteur, d’interagir, de poser des questions sur les forums, collaborer avec ses pairs via les réseaux sociaux ou des wikis
  • Faire des économies puisqu’il est compliqué et coûteux de déplacer les collaborateurs
Dans une société numérique, il est difficile d’imaginer que l’enseignement et la formation restent à l’écart.

Si les organisations ne sont pas totalement prêtes, l’engouement du public est au rendez-vous. Dans notre vie privée, nous sommes chaque jour davantage confrontés et sensibilisés aux usages numériques. Dit autrement, dans une société numérique, il est difficile d’imaginer que l’enseignement et la formation restent à l’écart.

Les freins à l’utilisation du numérique dans la formation

Il y a la résistance au changement, les freins liés à l’investissement financier et humain bien sûr, comme dans tous les projets d’une telle envergure. D’autres questions se posent pour les organismes de formation :

  • Comment faire évoluer sa stratégie, comment trouver le bon modèle économique?
  • Comment former et accompagner les formateurs et les équipes pédagogiques ?
  • Comment individualiser les parcours des apprenants ?
  • Comment s’y retrouver face à la profusion des outils ?
Les freins à la digitalisation de l’offre des organismes de formation

Alors on y a va ou pas ?

Le virage vers le numérique semble inévitablement, mais comment s’y prendre ? L’erreur serait de miser sur le tout numérique et d’opposer formation en salle en face à face et usage du numérique en formation.

Ne focalisez pas sur l’outil, il n’est pas une baguette magique. Une bonne formation en ligne est une bonne formation avant tout.

Travailler avec SuperTilt

Aujourd’hui nous sommes prêts à vous accompagner dans votre projet que ce soit en termes de conseil stratégique, de déploiement technique, et d’ingénierie pédagogique : comment adapter ses formations présentielles en parcours en ligne pertinents et engageants ?

Le B.A-BA pour se lancer

Voici quelques étapes clés pour commencer. Elles peuvent sembler évidentes mais il s’agit du B.A-BA à tout projet de digitalisation :

  • Se poser la question des objectifs et de la finalité de son projet. On ne rentre pas par l’outil, on commence par penser stratégie. Cette stratégie concerne tout le monde et mobilise l’équipe au sens large
  • Identifier son public cible.
  • La place de l’ingénierie pédagogique est centrale. Digitaliser son offre ce n’est pas digitaliser ses contenus. Quels seront les tuteurs qui guideront et accompagneront les apprenants ?
  • Imaginer des activités variées pour favoriser l’engagement et ne pas perdre les apprenants
  • C’est seulement après ces étapes que se pose la question de l’outil, de la plateforme d’apprentissage la plus pertinente à votre contexte
  • N’oubliez pas de prévoir le suivi pour capitaliser et améliorer le dispositif

« La technologie n’est pas en soi un dispositif pédagogique. Le numérique n’est qu’un outil, au même titre que le livre, le papier et le stylo » .

Apprendre avec le numérique, mythes et réalités, F. AMADIEU et A. TRICOT, Retz, 2014.

La question de l’accompagnement est déterminante. Dans une conférence organisée par le Direccte Ile-de-France, on apprend que les premiers acteurs à avoir franchi le pas de la digitalisation constatent que le taux d’abandon est élevé avec des apprenants qui ne terminent pas la formation. Dans leur cas, on constate aussi que beaucoup d’énergie et de temps ont été investis dans l’outil et les contenus à produire au détriment de l’animation et du tutorat en ligne. L’accompagnement est donc une notion clé et le rôle du formateur, qualifié de “facilitateur”, est primordial.

Digitaliser son offre de formation, par où commencer ?

Conseil pour débuter sereinement : être agile et y aller pas à pas

Guru, le grand sage de la digitalisation

Avoir en permanence cet esprit d’agilité c’est être en “mode test” : essayer mesurer l’efficacité, déployer si cela fonctionne, abandonner si cela ne fait pas ses preuves. On peut par exemple cibler un projet en particulier porté par une équipe et un formateur volontaires avec pour objectif de tester et “essaimer” les pratiques auprès de ses collaborateurs.

La digitalisation n’est pas le tout à distance ou le distanciel partiel tout de suite. Même si de nombreuses exigences vous poussent à y aller rapidement, la transition ne pourra pas se faire du jour au lendemain. On peut imaginer des étapes intermédiaire :

  1. On apporte une touche de numérique à une formation présentielle
  2. On ajoute une modalité distancielle à une formation avec, par exemple, la classe virtuelle qui reprend certains codes du présentiel, ce qui permet au formateurs de pas être totalement perdu
  3. On passe au niveau supérieur en intégrant du blended learning, c’est à dire un mix de solutions physiques et numériques, si cela se prête à votre projet.

*Sources : Enquête 2019 de l’Observatoire du Digital Learning et conférence de la Dirrecte Ile de France

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

4 × trois =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Retour haut de page